Designs à destins variables

Bonjour
dans ma boutique Normandiaire, je vise à proposer des mugs, gourdes et sous-verres portant les blasons de la Normandie, ses cinq départements et ses villes.
Jusqu’à présent, j’ai cherché à déposer la région =>> en cours de vérification !
et les cinq départements, 4 passent et le 5e disparaît après quelques minutes !
Ils sont tous du domaine public (vérifié avant de m’en occuper, je retravaille les couleurs, les tailles, le format PNG), ils ont tous 4000 pixels de haut et sont tous positionnés au centre vertical et horizontal.

Qu’est-ce qui peut expliquer ces sorts bien différents ?
Merci d’éclairer ma lanterne
Jean-Patrick

Bonjour @Jean-Patrick,
Le processus de vérification lors du téléchargement du design peut parfois prendre un peu de temps. Sur ce point, je ne peux que te conseiller la patience. J’ai toutefois vérifié et, à l’exception d’un design, ils sont maintenant tous publiés chez toi. :nerd_face:

Bonjour Britta
Merci de t’être penchée sur mon cas.
En effet, je n’ai aucun design en souffrance, puisque celui de la Manche disparaît aussitôt après qu’il s’enregistre et se déclare “en vente”. J’aimerais connaître les hypothèses qui justifient un tel effacement : sa taille (3637 x 4000 en 150 dpi) ? son poids (j’ai essayé une version en 5 Mo et une autre en 3.7 Mo) ? son format (PNG) ? son nom (Manche serait-il réservé ?) ou toute autre possibilité ?
De la même façon, l’emblème de la Normandie alors que ceux des autres départements et de quelques villes passent sans difficulté technique, ni vérification. Qu’est-ce qui explique cette vérification : taille, poids, etc. ou droit d’auteur ? Les emblèmes héraldiques sont du domaine public !
Ces questions sont posées car je suis nouveau et je préfère prendre de bonnes habitudes, plutôt que les corriger plus tard.
Bonne journée à toi.

Je viens juste de re-tenter l’installation de l’emblème de la Manche, toujours le même résultat : il s’installe, il est mis en vente ; je travaille un autre design et quand je reviens à la liste des designs… il a disparu.
Peut-être un gobelin du Cotentin qui me joue un tour :sweat_smile:

Bonjour @Jean-Patrick,
je suis tout à fait sûr que l’explication avec le lutin est correcte ! Il n’y a pas d’autre solution… :sweat_smile:
Est-ce que tu reçois une sorte de message d’erreur lors du téléchargement ? Ou est-ce que le téléchargement s’interrompt tout simplement ? Quoi qu’il en soit : la taille de 5 et aussi de 3 Mo est trop importante. Je recommanderais de rester en dessous de 1 Mo, ou mieux encore, de 500 Ko. Idéalement, il faudrait utiliser une résolution de 300 dpi, ce qui promet une meilleure qualité d’impression. J’espère avoir pu t’aider !

Merci Britta pour ces précisions
Moins de 500 ko avec un design ayant au minimum un côté de 4000 pixels… comment obtenir un tel miracle ?
J’ai peu de designs en dessous des 1000 ko et après le passage en 300 dpi plutôt que 72), ils restent dans les mêmes poids. Je suis volontaire pour alléger les PNG, mais j’ignore comment faire.

Bonjour
Je ne suis malheureusement pas graphiste non plus, mais nous avons réuni dans le HelpCenter quelques conseils pour une qualité d’impression optimale. Ceux-ci devraient alors également s’appliquer aux exigences de téléchargement. Les 500 Ko n’étaient qu’une idée que j’ai eue, mais tes designs peuvent bien sûr être plus grands. Sinon, envoie-moi un design que tu voulais télécharger et je verrai quel peut être le problème, d’accord ? :slight_smile:

Bonjour Britta
que de mal avec les designs. Ils ont beau être de même nature (des blasons du domaine public que le service juridique a validés), ils ont beau avoir le même format (minimum 4000 pixels sur un côté et en 150 dpi), ils connaissent toujours des sorts bien différents :
1- mis en vente, parfait, je continue à travailler
2- mis en vérification ; et je ne sais pas quand ça aboutit !
3- effacés sans crier gare : aujourd’hui trois fois le blason d’Almanèches et il a encore disparu.

De mon côté, je préviens les communes quand leur blason est installé sur le site et les articles disponibles; de son côté, le site les efface sans le moindre avertissement ou la moindre explication !
Est-ce un problème technique ? Si oui, lequel ? Je pourrai peut-être le régler une bonne fois pour toutes,
Un point juridique ? Lequel ? Vincent du service concerné m’a dit qu’il n’y en avait pas… sauf avec Deauville que j’ai contacté et m’a répondu.
Bon week-end à toi et à l’équipe.

Quelques blasons mis en vérification alors que leurs confrères passent comme des lettres à la poste, c’est presque devenu banal. Mais dix jours pour les vérifier, ça devient un record.

J’aimerais vraiment savoir ce qui provoque ces mises en vérification et justifient leur durée.
De mon côté, je contacte les maires quand leur emblème est mis en ligne et certains s’étonnent de ne rien trouver ; j’ai soumis mon initiative aux “Carnets de campagne” de France Inter qui ne vont pas en parler car trop incertain…
Quoi qu’on me serine en plates excuses au service juridique, ça décourage l’activité et je commence à regarder ailleurs !

Bonjour @Jean-Patrick,
je suis désolé de t’avoir fait attendre. Les motifs sont maintenant validés et visibles dans ta boutique. Comme ma collègue te l’a fait savoir par e-mail il y a quelque temps, les choses ne sont pas si simples avec les droits d’auteur des blasons. D’où le retard.

Plutôt que me fâcher, j’ai tenté de vérifier les dires.
L’histoire des droits d’auteur sur les blasons ne tient pas la route : .ils relèvent tous du domaine public, la plupart sous GNU Free Documentation License… alors pourquoi la machine en met-elle certains sous vérification en quelques secondes et pas d’autres ?
L’histoire des trois jours ouvrés est fanfaronne : les blasons placés sous vérification le 10 juin (Aulnay sur Iton et Authevernes, parmi les 13 installés ce- jour-là) ne sont toujours pas débloqués le 18, soit 6 jours ouvrables !
Aucune explication technique, beaucoup d’arbitraire mécanique… j’arrête d’alimenter ma boutique et je cherche ailleurs.
Dommage car le concept de la boutique personnalisable (avec des catégories définies par l’usager) est très adapté aux créatifs qui ne précipitent pas et prennent le temps de fignoler leurs présentations.

Au total, ma région de Normandie compte près de 1100 communes dont le blason attend d’être mis sur des cadeaux ou des souvenirs. Mon test avec Spreadshop n’est pas concluant, car la démarche relève plus du mécanique paramétré (la machine décide quel graphique est mis en vérification ; refus d’appeler la commune d’Auberville la Renault par son nom sous prétexte que la marque automobile protège son nom) et privilégie le commerce illusoire (ex : les maillots "je peux pas, j’ai… qui pullulent).